article-4

Les risques liés aux solvants

Les solvants sont des constituants chimiques liquides, ayant la propriété de dissoudre ou de diluer d’autres matières comme la résine, la peinture, etc. Ils sont utilisés dans plusieurs domaines et secteurs d’activités, ce qui met de très nombreuses personnes en contact régulier avec des solvants dans le milieu professionnel. Par leurs effets érosifs et corrosifs, ainsi que par leurs impacts neurotoxiques ou cancérogènes, l’exposition à des solvants se révèle très dangereuse pour l’être humain.

Qu’est ce qu’on entend donc par un solvant ? Quels sont les risques liés aux solvants ? et Quels sont les moyens de prévention de ces risques ? RMO Travail Temporaire fait le point sur les principaux risques représentés par les solvants en milieu professionnel et sur les premières mesures de prévention à mettre en œuvre.

 

Qu’est ce qu’un solvant ?

Un solvant est une substance liquide et volatile à température ambiante (C’est-à-dire qu’il émet continuellement des vapeurs jusqu’à saturation de l’atmosphère dans laquelle il s’évapore). Les solvants ont la propriété de dissoudre, de diluer ou d'extraire d’autres substances sans interactions avec elles.

Les solvants sont utilisés en fonction de leurs propriétés, comme dégraissants, adjuvants, diluants, décapants ou encore purifiants, ce qui fait d’eux des auxiliaires indispensables dans plusieurs secteurs industriels comme :

  • L’industrie des peintures et des revêtements : les vernis, les colorants et les textiles ;
  • La chimie et la pétrochimie ;
  • La plasturgie : la production de caoutchoucs et plastiques ;
  • La production de colles et adhésifs : la pose de sols, les chaussures, les vitriers;
  • L’industrie du bois et de cuir ;
  • L’impression : les imprimeries, et l’industrie du livre et du tissu ;
  • La fabrication des produits d’entretien domestique, industriel et de véhicules : les outils et matériaux  de bricolage ;
  • L’agrochimie : les industries agroalimentaire et phytosanitaire ;
  • L’agriculture ;
  • La cosmétologie, la coiffure et la parfumerie : les articles de toilettes et les produits cosmétiques ;
  • Le nettoyage : le décapage, le dégraissage, le nettoyage à sec ;
  • L’industrie automobile ;
  • La métallurgie ;

Quels sont les principaux risques liés aux solvants ?

En milieu professionnel, plusieurs situations de travail exposent les opérateurs aux solvants qui peuvent pénétrer dans l’organisme par trois voies :

La voie respiratoire 

C’est la principale voie d’absorption du fait des propriétés très volatiles des solvants.

La pénétration respiratoire est augmentée par l’hyperventilation (travail en ambiance chaude, efforts physiques intenses). Elle dépend aussi de la température d’utilisation du produit et de sa forme d’utilisation.

La voie cutanée 

Les solvants sont capables de dissoudre le revêtement cutané lipidique superficiel et peuvent donc favoriser la pénétration cutanée d’autres produits. L’importance de la pénétration cutanée est proportionnelle au degré de liposolubilité de la molécule.

La voie digestive 

C’est une voie de pénétration accidentelle suite à une méprise, un défaut d’hygiène avec contamination « main bouche »,  ou au cours d’un siphonage, etc.

Quelques soit la voie d’absorption des solvants, ces derniers ont tous des effets toxiques communs sur l’organisme :

 

Les risques liés à une exposition accidentelle intense

Des atteintes de la peau et des muqueuses 

Tous les solvants organiques sont des irritants pour la peau et les muqueuses. Ils peuvent entraîner :

  • Des dermo-épidermites aiguës irritatives ;
  • Des brûlures caustiques dues aux contacts prolongés ;
  • Des conjonctivites aiguës ;
  • Des kératites caustiques ;
  • Des œdèmes de la cornée, etc.

Des atteintes des voies respiratoires

L'inhalation de vapeurs de solvants peut provoquer :

  • Une irritation des voies aériennes supérieures (bouche, nez, pharynx, larynx) ;
  • Un bronchospasme ;
  • Des œdèmes pulmonaires lésionnels ;
  • Une intolérance à tous types d’odeurs chimiques comme les parfums, etc. ;
  • Une pneumopathie d’inhalation aux solvants qui se manifeste par une toux suffocante initiale, l’ apparition d’opacités radiologiques après 24 à 48 heures, puis une fièvre due à la surinfection.

Des atteintes du système nerveux

L'inhalation de vapeurs de solvants provoque des effets aigus mais réversibles au bout de quelques heures, en fonction des doses inhalées. Il s’agit d'abord du syndrome ébrio-narcotique qui se manifeste par :

  • Une sensation d'ivresse,
  • Des Manifestations délirantes ;
  • Des céphalées ;
  • Des vertiges,
  • Des maux de tête ;
  • Des nausées ;
  • Des vomissements, etc.

En cas d'exposition massive, des troubles de la conscience peuvent apparaître comme la somnolence, voire un coma dans le pire des cas.

Des atteintes cardiaques

Les solvants chlorés et fluorés peuvent engendrer des troubles du rythme cardiaque. Les arythmies qui en résultent peuvent apparaître dans les 48 heures qui suivent l'exposition aiguë de solvants. Ils peuvent aussi être responsables d’un collapsus cardiovasculaire.

Des atteintes digestives 

L’ingestion accidentelle de solvants provoque des douleurs rétro sternales et épigastriques avec vomissements et diarrhées.

 

Les risques liés à une exposition régulière

Une exposition régulière, même à faible dose, peut entraîner à plus ou moins long terme des atteintes irréversibles de l’organisme.

Des atteintes cutanées

Le contact répété de solvants avec la peau peut provoquer :

  • Une orthokératose (kératinisation anormale de l’épiderme) : peau sèche et crevassée ;
  • Une dermoépidermite chronique eczématiforme : Des dermatoses et un eczéma de contact ;
  • Une kératoconjonctivite chronique ;
  • Des atteintes du tissu protecteur qui favorisent la pénétration dans l'organisme d'autres substances toxiques. 

Des atteintes du système nerveux central et périphérique

Les effets de l’exposition chronique à des solvants peuvent conduire à des désordres neurologiques et psychiques graves réunis sous le terme de POS « psycho syndrome organique aux solvants ».

Les premières manifestations neurocomportementales du POS sont :

  • Asthénie ;
  • Céphalées ;
  • Troubles de l’humeur ;
  • Tendances dépressives ;
  • Troubles du sommeil, et des cauchemars ;
  • Difficulté de concentration ;
  • Troubles de la mémoire ;
  • Diminution des performances intellectuelles ;
  • Altération des fonctions cognitives ;
  • Diminution de la dextérité manuelle ;

Elles se développent ensuite par l’apparition des symptômes suivants :

  • Des troubles de la vigilance ;
  • Une importante détérioration intellectuelle ;
  • Des troubles majeurs du comportement et de l’humeur ;
  • Un syndrome cérébelleux.

Des atteintes hépato rénales

Les solvants étant en partie métabolisés par le foie et éliminés par les reins, ces organes sont des cibles privilégiées. C'est ainsi qu'on observe des lésions du foie ou des reins, comme :

  • Une cytolyse hépatique ;
  • Une néphropathie ;
  • Le syndrome de Goodpasture : hémoptysie, anémie et cardiomégalie, avec évolution vers l’insuffisance rénale ;
  • Glomérulonéphrite d’apparition insidieuse dont le premier symptôme se limite à une albuminurie, et qui provoque par la suite une hypertension artérielle et une insuffisance rénale chronique;
  • Le syndrome antabuse : une intolérance à l’alcool éthylique qui peut persister 5 à 10 jours après une exposition aiguë, et se reproduire à chaque ingestion d’alcool si l’exposition est chronique, ce qui peut être à l’origine des malaises, céphalées, vertiges, vasodilatation intense de la face et du cou, hypersudation, vomissements, hypotension et tachycardie.

Des effets CMR (cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques)

Certains solvants peuvent avoir un effet cancérogène ou toxique pour la reproduction. Les organes cibles des cancers dépendent de la nature du solvant. De manière générale, les études épidémiologiques confirment que l'exposition à des concentrations élevées de solvants peut avoir des effets sur la fertilité, la grossesse ou le fœtus et augmente les risques des retards à la conception, des fausses couches, des malformations (en particulier becs de lièvre), et des retards de croissance intra-utérins, etc.

Par ailleurs, chez l’homme, certains éthers de glycol interfèrent avec la fonction testiculaire et provoquent une baisse de la production de spermatozoïdes.

 

Autres dangers

Les solvants présentent:

Des risques d’incendie et d’explosion 

La majorité des solvants étant volatils et inflammables, leurs vapeurs peuvent former des mélanges explosifs en présence d'une source d’inflammation.

Des risques de réactions dangereuses 

Notamment en cas de mélange de produits, de mauvaises conditions de stockage ou de transport.

Des risques pour l’environnement

Suite au déversement accidentel et aux rejets de composés organiques volatils dans l’environnement.

 

Comment prévenir les risques liés aux solvants ?

L’évaluation des risques des solvants

Comme pour toute démarche de prévention, faire face aux risques liés aux solvants débute par une évaluation des risques notamment :

  • L’identification des solvants présents dans l’entreprise : caractéristiques, dangers, volumes utilisés ou rejetés, etc.
  • Les conditions d’utilisation, d’émission, de stockage, et de manipulation des solvants ;
  • Les conditions et la fréquence d’exposition des salariés (exposition cutanée, respiratoire, risque d’exposition chronique ou accidentelle, efficacité de la ventilation existante, etc.

La suppression ou substitution des solvants dangereux  

Une fois les risques identifiés, la première étape de prévention des risques liés aux solvants se fait par la suppression ou substitution des solvants dangereux par des produits ou procédés moins dangereux :

  • La suppression d’une étape de travail ;
  • Le développement de produits aqueux ;
  • Le choix d’un solvant moins dangereux ;
  • La mise en place de fontaines de biodégradation pour le dégraissage ;
  • L’utilisation d’une méthode physique de décapage.

La mise en place de mesures de protection collective 

Cela consiste à assurer :

  • Le travail en système clos ;
  • La mise en place de systèmes d'encoffrement ;
  • Le captage des polluants au plus près de leur source d’émission ;
  • La ventilation générale ;
  • Le transfert de solvant par pompe plutôt que transvasement manuel des fûts ;
  • L’entretien régulier et contrôle de l’efficacité des mesures de protection collective.

La mise en place de mesures de protection individuelle

Lorsque la mise en place d'une protection collective est impossible, ou si elle ne limite pas suffisamment l'exposition, il faut impérativement mettre en place des actions de protection individuelle comme :

  • La mécanisation des tâches afin de limiter l'exposition cutanée ;
  • Le port d'équipements de protection individuelle résistants au solvant utilisé : vêtements de protection, gants et lunettes de sécurité.
  • Le port des masques de protection respiratoire appropriés pour limiter l'exposition par voie respiratoire qui ne peut pas être assurée par une ventilation ou lorsque l'exposition est de courte durée, etc.

L’application des mesures organisationnelles 

  • La limitation du nombre de salariés exposés et de la quantité de solvants utilisés ;
  • La gestion des stocks adaptée : ventiler les locaux, respecter les incompatibilités, limiter les quantités de produits inflammables, etc.
  • La gestion des solvants usagés : recyclage ou prise en charge dans un centre de déchet ;
  • La mise en place de dispositifs de lutte anti-incendie et de mesures de secours ;
  • L’information et la formation des salariés sur les risques présentés par les produits, les précautions à observer et les mesures à prendre en cas d'accident ;
  • Le respect des mesures d’hygiène : changement des vêtements de travail souillés, vestiaires séparés pour les vêtements de travail et de ville, etc. ;
  • La réalisation d’un suivi médical régulier en fonction de l'évaluation des risques et des substances utilisées.

Grâce à son expertise de plus de 30 ans dans le domaine du travail temporaire,  RMO Travail Temporaire s’engage à recruter pour vous les meilleurs opérateurs, formés et dotés du savoir-faire, EPI et matériaux nécessaires pour la réalisation des travaux et interventions dans votre entreprise, en toute sécurité et quelle que soit votre activité.

Vous avez besoin d'aide, de conseils ou de réponses pour votre démarche de recrutement ? Contactez notre équipe commerciale directement via notre formulaire de demande en ligne.

Autres actualités

Autres articles à ne pas manquer
Lutte contre les nuisibles (Dératisation, désinsectisation)

Mode opératoire de dératisation L’appâtage est une technique d’application rapide. Les appâts...

La sécurité des salariés en espaces confinés

La nature du travail au sein des entreprises diffère en fonction de leurs domaines d’activité. Tous...

L’économie d’eau dans le métier du nettoyage

L’eau est un élément indispensable à la vie. Elle a longtemps été définie comme une ressource...